Logo de la FRAPNA Objectif Zéro-Pesticide

retour en haut de page
 
Accueil > Jardiniers amateurs > Maîtriser les indésirables

Jardiniers amateurs


Maîtriser les indésirables

Potager

La terre nue et riche du potager est propice à la présence d’herbes indésirables. L’emploi à répétition de désherbants pour les éliminer modifie et fragilise la structure du sol et détruit de nombreux organismes. A long terme, l’effet inverse à celui recherché se produit : la terre se tasse et les plantes cultivées sont asphyxiées tandis que les herbes indésirables, plus coriaces, en profitent pour se développer. Des solutions alternatives existent pour ne plus utiliser de désherbant.

 

Adopter un autre regard

La présence de la flore spontanée bouscule surtout les convictions esthétiques actuelles (« un jardin doit être propre ») plutôt qu’elle n’entame la productivité du potager. Beaucoup d’herbes dites « mauvaises » s’avèrent au contraire utiles pour abriter et nourrir les insectes auxiliaires, protéger le sol, améliorer sa structure et égayer le jardin.

 

Contrôler plutôt qu’éliminer

Trop nombreuses, elles entrent en concurrence avec les légumes pour l’utilisation de la lumière, des minéraux et surtout de l’eau en période estivale. Loin d’être «mauvaises», elles sont simplement indésirables du fait de leur nombre en un lieu et à un moment donné. En laissant la flore spontanée dans le potager, on s’évite un important travail de désherbage, à condition qu’elle n’envahisse pas les cultures.

 

Et les plantes exotiques envahissantes ?

ambroisie

Ambroisie

Ce sont des espèces exotiques (non indigènes) dont l’introduction par l’homme sur un territoire menace les écosystèmes, les habitats ou les espèces indigènes avec des conséquences écologiques, économiques et sanitaires négatives.

Elles sont aujourd’hui considérées comme l’une des plus grandes menaces pour la biodiversité. Exemples en Rhône-Alpes : l’ambroisie à feuilles d’Armoise, la renouée du Japon, la berce du Caucase, le buddléia (arbre à papillons), la jussie (en milieu humide), la balsamine de l’Himalaya…

Que faire ?
Préférer des espèces locales lors de l’achat. Éliminer les plantes exotiques présentes au jardin et éviter leur propagation (graines, rejets…). L’élimination de l’ambroisie à feuilles d’Armoise est d’ailleurs obligatoire, les allergies dues à son pollen touchent 6 à 12 % de la population française.

 

Les méthodes préventives

Le faux semis : 15 jours avant de semer, le sol est préparé et arrosé pour faire lever les mauvaises graines du sol. Les plantules sont sarclées et le sol est légèrement ratissé. Ce dernier, nettoyé en surface, est ainsi prêt à accueillir les « vrais » semis.

Éviter la montée en graines des herbes indésirables afin de limiter leur dissémination.

Semer en rangs plutôt qu’à la volée pour faciliter le sarclage et pailler entre les rangs.

Maintenir le sol couvert avec un film géotextile, un paillage ou des engrais verts.

faux-semis

Faux-semis



 

Les méthodes curatives

désherbage mécanique du jardin

Les bons outils

Sarcloir et binette : pour couper les herbes folles au niveau du collet (bien affûter la lame).
Serfouette : outil « 2 en 1 » pour biner, tracer des sillons, aérer le sol…
Fourche-bêche : pour ameublir, aérer le sol et extraire les racines sans les fractionner
Grelinette ou fourche écologique : pour nettoyer en profondeur sans retourner les mottes de terre et sans déstructurer le sol.
Croc ou griffe : pour affiner le travail d’ameublissement.

Le désherbage mécanique

Pour les jeunes plantules, désherber à la main ou à l’aide d’une binette ou d’un sarcloir. Agir par temps sec pour éviter leur ré-enracinement.
Pour les plantes à fort enracinement (chardon, ronce), des coupes régulières et fréquentes permettront d’épuiser leurs réserves.
Pour les plantes à rhizomes (liseron, chiendent), extirper les racines avec une fourche-bêche.

Le désherbage thermique pour l’extérieur du potager

Plus efficace au stade plantule (2 ou 3 feuilles), il détruit les herbes par choc thermique :

  • à l’eau bouillante : versée lentement sur la plantule. L’eau de cuisson de cuisine peut être utilisée.
  • à la flamme : appliquée une à deux secondes à proximité de la plantule.